Et si le PCF entrait en campagne ?

Le dernier Conseil National du PCF s’est tenu vendredi 3 mars 2017. Mais à quoi pouvait donc servir ce Conseil National ? Pendant la pause déjeuner, j’ai eu une petite discussion sur ce sujet avec un camarade de la direction.

Selon lui, l’enjeu de notre réunion était de mettre en échec les promoteurs d’un basculement sur une candidature Hamon (ceux-là même qui prétendant sortir le PCF de l’immobilisme, pourvoient consciencieusement à sa surgélation) et de maintenir le cap d’un rassemblement le plus large possible. Ce camarade a bien sûr toute mon amitié, mais selon moi, l’enjeu de ce Conseil national était de savoir si le Parti communiste allait enfin nationalement entrer en campagne à 50 jours des présidentielles.

Quand je dis le Parti, je ne parle pas des communistes qui dans maints endroits sont engagé-e-s à 100%. Non, je parle de ce qui dans les expressions ou initiatives nationales du PCF, ne donne pas le signe d’un engagement d’une exceptionnelle intensité, comme ce fût le cas par exemple en 2012.

Je m’en suis expliqué dans mon intervention, que je reproduis ci-dessous, et j’en dirai un peu plus long plus bas :

Si nous voulons battre l’extrême-droite et empêcher un projet  libéral, nous devons écouter ce que dit la population.

Oui il y a de l’incompréhension devant  le fait que le rejet de Manuel Valls exprimé dans la primaire du PS et la dynamique Jean-Luc Mélenchon ne parviennent pas pour l’instant à converger.

Mais il existe aussi une colère noire, à l’endroit des forces qui ont depuis 30 ans échoué et aggravé la situation des gens. Les Partis traditionnels en sont la cible.

Il existe enfin une aspiration au nouveau, même s’il y a beaucoup à dire sur le nouveau : Macron, Jean-Luc Mélenchon… Elle s’accompagne d’une grande méfiance sur tout ce qui apparaitrait comme une combinaison. Ainsi, on voit bien que l’accord Jadot/Hamon ne produit aucune dynamique, au contraire. Hamon est à la peine.

Nous devons en tirer les conséquences lorsque nous proposons l’addition JLM/BH comme une solution.

Pense-t-on possible que l’électorat qui a déjà quitté le PS, lassé par tant de renoncements, ferait brusquement retour vers Hamon ?

C’est bien la mobilisation de ceux qui ont quitté la scène des scrutins qui seule peut empêcher un scénario catastrophe.

A l’évidence, la campagne de Jean-Luc Mélenchon suscite un espoir considérable dans le pays. Regardons l’impact de celle-ci sur l’Internet, la qualité de ses meetings, une jeunesse qui regarde avec intérêt dans sa direction, etc..

Est-ce suffisant ? Non. Nous voyons que la marche est haute pour la qualification au second tour. Mais que faisons-nous ? Faisons-nous campagne ou faisons-nous la moue ?

Nous sommes à 50 jours de l’échéance. Le PCF n’a pas jeté toutes ses forces dans la campagne.

  • Pensons-nous que dans le trouble actuel, tout est joué ? Je ne le crois pas.
  • Pensons-nous que le meilleur résultat de notre candidat serait un point d’appui pour résister et reconquérir aux législatives ? J’en suis persuadé.
  • Pensons-nous  qu’en cas d’échec, son résultat serait tout de même un point d’appui pour reconstruire un rassemblement pour résister et rebâtir une alternative dans la durée ? La réponse, là aussi, est oui pour moi.

Or notre Parti et sa direction donnent le sentiment d’hésiter dans la réponse à ces questions. Notre campagne réputée autonome a renforcé cette situation, nous conduisant à une campagne isolée.

A 50 jours, la seule question que nous devons poser maintenant, ce n’est plus de lancer un nouvel appel, c’est la question du vote, si nous avons réellement l’intention que notre candidat fasse le meilleur score.

Enfin, sur les législatives, il y a urgence à tout faire pour que nous évitions les luttes fratricides pour :

  • Préserver nos élus ;
  • Conquérir et reconquérir, notamment sur le PS ;
  • Mesurer les dégâts politiques que produiraient des affrontements partout ailleurs.

Raison pour laquelle tout doit être fait pour trouver un accord.

Voilà en substance ce que j’ai pu dire, dans les quatre minutes qui sont imparties aux orateurs de cette assemblée.

Je regrette que ce Conseil national n’ait pas permis de répondre positivement à cette proposition et qu’au lieu de « jeter nos forces dans la batailles« , nous proposons aux communistes de distribuer et faire signer un énième appel à une illusoire communauté de candidature, « à gauche ».

Le PCF n’est pas en campagne comme il l’était en 2012. J’étais alors aux premières loges. Si nous l’étions, il serait par exemple possible de trouver le nom de notre candidat sur le  site « de campagne » que nous venons de lancer. Ce candidat, moins on en parle, mieux on se porte semble-t-on penser, en témoigne la plupart des matériels que le PCF édite depuis des mois.

A croire qu’à l’instar de Voldemort dans Harry Potter, Jean-Luc Mélenchon est donc celui pour qui il faut voter mais sans jamais en prononcer le nom.

Il faut maintenant sortir de cette ambiguïté. Pour ma part, comme communiste qui n’entend pas rejoindre la France Insoumise, même si je la respecte par ailleurs pour ce qui s’y tente, je suis engagé de toutes mes forces pour que Jean-Luc Mélenchon fasse le meilleur score possible. Je souhaite qu’il soit le prochain président de la République, contribuer à faire élire une majorité qui soit un point d’appui pour mettre en œuvre une politique de rupture.

Et si nous n’y parvenons pas, si par malheur survenait le pire qui nous hante tous, où si s’ouvrait une nouvelle séquence de libéralisation, c’est avec ceux qui se reconnaissent dans le mouvement et des idées que continuent de porter les forces qui composent le Front de gauche, mais aussi avec Jean-Luc Mélenchon, avec les Insoumis qu’il faudra reconstruire pour résister et pour recréer l’espoir.

Alors allons-y !

Enfin, un point qui est d’importance et qui me semble assez largement négligé. L’hypothèse de faire converger nos forces aux élections législatives.

Pour ce qui m’est donné d’en connaître, lors de la rencontre PCF/FI du 23 février, la France Insoumise a fait une proposition. Mon point n’est pas d’entrer dans le débat de négociation, mais de m’assurer que celle-ci ait lieu. Or, si je comprends que l’on ne puisse avaler tout rond la proposition de la France Insoumise, je ne vois pas en quoi elle témoigne de l’intransigeance qu’évoque le compte rendu qu’en a fait la délégation de mon Parti (il été publié sur le Web depuis plusieurs jours, et dès lors est devenu un objet du débat public, donc je me permets de mettre un lien).

En l’espèce, si je sais lire, cette proposition garantit l’absence de candidats France Insoumise en face de tous les sortants, en dehors de l’un d’eux qui n’a pas voté l’une des rares lois progressiste du mandat (Le mariage pour tous) et qui s’en explique ici. Sur les circonscriptions où des gains sont possibles, toujours ou presque d’ailleurs « sur » le PS qui les avaient conquis en 2012 « sur » le PCF, la plupart des candidat-es communistes en situation de reconquêtes seraient préservé-es, en dehors de deux circonscriptions, celle d’Ivry-sur-Seine et celle de Montreuil. Là aussi, je ne discute pas de l’opportunité de faire droit à ces demandes spécifiques, mais je note que, dans son équilibre, cette proposition nous permettrait potentiellement de voir progresser le nombre de députés communistes.

Enfin, je note que cette proposition et les échanges entre les deux formations, n’évoquent nullement la possibilité de candidats communs dans l’immense majorité des circonscriptions qui ne sont pas, à cette heure, réputées gagnables. C’est un problème grave, car au delà des questions de financements publics qui sont dans toutes les têtes mais jamais évoquées, les luttes fratricides détruiraient des années de co-construction entre des forces qui auront, dès après les législatives, à poursuivre leur coopération. Sauf à préférer que des fossés profonds et durables ne se creusent dans notre gauche, il serait criminel de laisser la division se répandre.

18 réflexions sur “Et si le PCF entrait en campagne ?

  1. Cher camarade. J’apprécie ce billet. J’ai quitté le PCF après 40 années de militantisme. Je reste communiste au plus profond de mon coeur. Je me sens d’ailleurs plus communiste que bien de mes camarades qui traînent des pieds et freinent des 4 fers dans cette campagne. J’en suis meurtrie car je garde le souvenir de notre belle campagne de 2012 et je reste fidèle à nos engagements d’alors (Versailles). Le problème des parrainages gelés font les belles chroniques des médias, rendent Cambadelis fou de joie et meurtrissent bien des coeurs. Celui de Jean-Luc aussi, j’en reste persuadée. Quel gâchis ! Et que de rancoeurs tout cela va-t-il engendrer ! Bon courage à nous tous !

  2. j’étais, moi aussi, membre du PCF il y a quelques années, j’ai quitté ce parti, non pas à cause des idées et de l’idéologie, mais à cause des magouilles électorales avec le PS qui l’ont mené là où il est, c’est à dire 2 %. Aujourd’hui malheureusement je constate que la situation n’a pas évolué, je me demande si ces gens se posent la question sur la détresse de notre peuple et sur l’absolu nécessité de changer les choses. Le vrai combat serait de pousser HAMON à se désister en faveur de France Insoumise puisqu’il est lâché par sa propre famille.

  3. Non communiste j’attends ce raliement et cette appel au vote Mélenchon pour que cette oligarchie qui nous étrangle nous travailleurs subisse le dégagisme . Nous avons besoin vous qui avait été si proche de nous pendant des décennies.Il y à urgence pour faire barrière également à Marine Le Pen

  4. La decision en attente du PCF pourrie encore plus cette campagne.
    Il est indispensable de changer le pays, dégager les branches malades de nos institutions, prendre soin de notre environnement pour que nos petits-enfants vivent sainement et pacifiquement et stopper cet ultra-libéralisme décadent et qui tue autant que les guerres.
    L’état actuel de la politique est nauséabond, car il est devenu anti-démocratique. Le peuple est une fois de plus un pion qui devra subir quelque politique à partir de Mai.
    J’en pleure, pas pour moi mais pour mes enfants.
    Ils n’auront d’autre choix que d’une lutte contre la démocratie, contre un système qui leur enlèvera encore plus de droits pour assoir sa future indestructibilité.
    Après cette élection, il sera trop tard.
    Alors SVP, soyons unis, montrons notre force commune et notre programme, arrêtez vos caprices.
    Nous, la base de ce mouvement, sommes les leaders, nous poussons toujours plus pour rassembler et sommes déçus de votre attitude.
    Nous devons être la seule force avec un avenir harmonieux et je ne le vois pas dans nos dirigeants.
    Alors arrêtez d’être égoïstes et pour une fois, juste cette fois, écoutez nous, la base et faites ce que nous attendons tous de vous et le choix de nous donnez un choix dans le futur, le contraire nous rendrait esclaves du système.

  5. moi je suis membre du PCF depuis 1972 et je n’accepte pas cette allégeance ,sans le dire, à la candidature de Mélenchon qui nous amène à notre disparition
    Le CN aurait dû retirer le soutien à Mélenchon qui est partagé aujourd’hui par une majorité de communistes sur le terrain qui ne veulent pas faire campagne pour ce candidat qui nous insulte, nous méprise, désigne des candidats aux législatives contre nos députés sortants et qui veut nous ghétoïser en fin de la manif à sa gloire du 18 mars
    le parti portera lui aussi une responsabilité de ce qui va se produire au soir du 23 avril

  6. Pourquoi reprocher au PCF la volonté de rassembler un maximum de gens pour s’assurer d’une victoire contre nos ennemis communs. Bien au contraire, c’est tout à son honneur. Au lieu de cela, Hamon et Melenchon ont réglé le sort et l’avenur de millions de gens sur le coin d’une table au bistrot. Plutôt que de parler de mollesse, en tant que militant communiste je me décrirais plutôt dans un sentiment de grande déception. Enfin, la candidature de Corbière à Montreuil n’est-elle pas un acte d’agression à l’encontre du front de gauche ?

    • Vous citez un cas! Et vous préférez peut-être La multitude de candidats FN.
      Tous les points de vue sont intéressants! Courage

  7. Merci pour cette analyse, très réaliste et suis absolument surprise de l’inertie des communistes.
    Eux qui ont été si souvent sur tous les fronts avec leur conviction forte pour le Peuple. Ce Peuple s’est propulsé en mouvement de la France Insoumise et par son représentant Jean Luc Mélenchon.
    Ne vous trompez pas de scénario! Il est temps de défendre JLMélenchon si vous ne voulez pas sombrer dans l’oubli!
    Nous voulons une révolution citoyenne de cœur à cœur et nous vous attendons avec impatience! Car il faut agir vite ! Déjà le 18 Mars, venez nous rejoindre ! Merci . Une Insoumise de coeur ❤️ en action

  8. Le PCF et ceux qui freinent des 4 fers pour donner les parrainages à JLM et enfin entrer effectivement en campagne nationalement, jouent avec le feu. Le seul fait de retenir les parrainages, même si au dernier moment ils sont débloqués, crée un climat de désespérance pouvant favoriser un flux électoral vers Hamon et ainsi faire le buz dan s les médias. Allons plus loin, si le PCF fait capoter la candidature JLM à cause de parrainages insuffisants ce sera dramatique. Que ce soit l’une ou l’autre hypothèse, le PC joue avec le feu et va créer un cataclysme démocratique aux conséquences incalculables avec une rancoeur si profonde qu’elle tutoiera la haine à son égard. J’ai été militant PC de 1973 à 1983 et je sais de quoi certaines tendances sont capables : qu’elles sachent que la riposte serait terrible, puisque apparemment il faut jouer au chantage, comme si les français désespérés n’étaient pas en attente d’autre chose !

  9. … Connu l’époque où le PC aurait pris la tête d’un mouvement comme la France Insoumise , où il était l’avant garde populaire !
    Où est-il actuellement ?

  10. Voilà le genre de textes qu’on aimerait lire et mettre en pratique,tout de suite !
    Pas plus tard que ce matin des, comme on dit , éléphants du P.S somment Hamon à défendre le bilan de François Hollande. Quelle cohérence on aurait; nous, à nous retrouver dans une telle Union, à porter un tel bilan ? Cela voudrait dire que le combat, que nous avons mené depuis 5 ans contre la politique de Hollande et ses gouvernements successifs , n’était autre que démagogie! Je ne sais pas si c’est prévu,mais il va falloir qu’à un moment ou à un autre,nous nous disions que nos efforts de rassemblement ne prennent pas-pour des raisons multiples-et qu’il nous faut rentrer pleinement en campagne et sortir de cet état où on ne sait plus par où donner de la tête et tous les risques liés à cela…
    Fraternellement.

  11. Je viens hélas, à cause du CN et de la direction du parti quitter celui là . Je suis adhérent depuis plusieurs dizaines d’années . Lorsque j’ai téléphoné à la section , on m’a traité de menteur et que la FI était responsablre localement . Je suis franchement écoeuré de cette position . L’article qui dit : on fait campagne pour un candidat sans jamais prononcer son nom est bien ce qui se fait sur le terrain . On m’a dit que le PCF faisait campagne pour Mélenchon . Ah , oui et où , je ne vois personne sur mon canton mener campagne . Dégoûté du PCF mais rassuré de la campagne FI qui trouve des ressource en militant comme jamais . Plus de 110 alors que le PCF ne peut aligner 10 personnes . J’ai tout seul , tracté , collé dans tout le canton qui est formé de 5 villes de 650 à 4000 habitants .

  12. Bonjour, je plains le camarade Verpilleux qui ne tient pas compte que tous les autres qui s’expriment sont des communistes avec ou sans carte qui souffrent de cette incompréhensible volonté suicidaire du PC à s’allier avec les ssociaux démocrates qui mènent une politique de droite, de répression contre les manifestants, délégués syndicaux… Comme moi toutes celles et ceux qui ont quitté le PCF, c’est principalement à cause de ces alliances mortifères avec le PS ! Comment le parti a-t-il pu présenter un type comme R.Hue ??? Gayssot qui appelle à votre Macron, Brouazec idem, sous prétexte de barrer le FN , mais en fait pour maintenir la sociale démocratie en place. J’ai longuement réfléchi à tout ça et il n’y a qu’une seule réponse : il y a un fort courant social démocrate incrusté dans le parti, ou, tout simplement , une bande d’élus qui font carrière et s’accrochent à leurs postes en s’alliant avec le diable socialiste ! S’il n’y avait pas la France Insoumise avec ses 280 000 adhérents pour redonner de l’espoir ce serait terrible car de cette élection va découler la révolution citoyenne ou…le chaos ! Et là, le prochain coup dans 5 ans, le FN prendra le pouvoir dès le premier tour !
    Tous les communistes, encarté ou non, qui sont membre de la FI veulent tous sauver le PC, à condition que ce dernier se mette en mouvement pour la révolution citoyenne au lieu de s’accrocher à la sociale démocratie , ce qui sera son tombeau.

  13. 51 ans Communiste , dont 20 au P C F …les premières années …. et encore le même constat ….plus de 30 ans que le P C F se perd dans des alliances avec les réformistes d’ou sa décadence …., sa perte d’audimat dans la classe ouvrière , .. sa perte d’adhérents , la perte de ses communes …etc … Quel manque d’objectivité !!!! Laissé passé l’occasion de profité des insoumis qui veulent une autre politique , quelle bêtise …au lieu de ce servir de ce terrain propice pour faire avancer les idées Communistes …. Mais non …. des Cdes du genre Guioni , au P C F depuis 72 ….surtout pas le « gourou J L M cet ancien P S … » Mais part contre O K pour Hamon ….Cherchez l’erreur ….Si on foire une nouvelle fois ces élections , nos ennemies pourront remercier plusieurs  » Cdes « ……qui hypocrites qu’ils sont ….trouveront une nouvelle fois une excuse ou un bouc émissaire , comme d’hab …….Je souhaite bon courage au vrai Communistes qui se reconnaitront , j’en suis sur ……

  14. Tous les jours , il y a des articles sur Melenchon dans l’Humanite et dans l’Humanite dimanche chaque semaine !!!!! Prétendre que les communistes ne sont pas dans l’action relève d’une meconnaissance du terrain : sur internet et ailleurs , on peut s’informer sur l’activité croissante des militants tant pour la présidentielle que pour les législatives . Certes , la direction nationale du parti ne dirige plus rien , mais cela ne signifie pas ce que tu dis : je pense – au contraire , qu’il y a un regain d’action des militants communistes dans presque toutes les fédérations … malgré la concurrence ( souvent anti-communiste ) de la FI , ce qui énerve un peu ! Camarade Mouly , je t’invite à venir voir sur le terrain pour avoir des éléments objectifs !

  15. quelle pièce de théâtre et quelle façon malhonnête de présenter les choses ! Des communistes appellent à voter pour une unité Hamon/Melenchon, jamais pour Hamon seul. Par contre, j’en ai lu des appels, bien avant qu’il y ait eu un seul mandat, à voter Melenchon et des pressions au moment où les communistes devaient se prononcer entre les propositions 1, 2 ou 3. Oui, la Direction du parti a donné un chèque en blanc dès le départ à Melenchon et la moindre des honnêtetés serait de le reconnaître. J’ai signé sans état d’âme le texte « sortons de l’immobilisme » et pour moi la seule issue ne peut être que dans l’unité. Et je dénie à quiconque le droit de remettre en cause mon honnêteté

  16. … militant communiste sur Noisiel, dans la circonscription ou tu es notre candidat, j’étais à notre belle assemblée citoyenne du 5 mars de soutien à Mélenchon et pour la Vième république avec repas et atelier législatif organisé par le PCF avec le Front de gauche et accueilli par la ville de Champs-sur-Marne à majorité communiste et dont la Mairesse qui soutient ta candidature et celle de notre candidat à cette élection présidentielle et les adjoints communistes et apparentés étaient bien présents … et ou d’ailleurs j’étais à ta table pour l’atelier sur la santé !

    … je suis aussi conseiller municipal, un peu au four et au moulin en permanence … avec toujours l’impression de se battre contre Goliath et de n’avoir jamais fait assez ou tout à fait ce qu’il fallait … et là aussi un peu étonné de ta façon de présenter les choses et du biais que tu introduis d’entrée dans ton intervention sur ce blog, ou les travaux de notre conseil national nous est restitué par le biais d’une discussion à la pause déjeuner !

    … n’étant pas délégué je n’ai pas pu profité du repas mais à défaut j’ai eu accès comme tous les adhérents du PCF et aussi tous nos concitoyens qui le veulent bien aux documents de ce conseil national du 3 mars 2017 qui sont en libre consultation sur le site du PCF http://www.pcf.fr/97301
    … et là je ne vois pas ou ce camarade dont tu fais référence tiens ces extrapolations dont tu te fais le relais !
    … car si je me réfère bien aux documents …
    ( à savoir le rapport de Pierre Laurent, le rendu des discussions , ainsi que les 3 pétitions avec inclus dans chacune d’elles nos 6 axes de propositions 1 : L’appel à voter Mélenchon / 2 : L’appel aux candidats à l’élection présidentielle et aux élections législatives issus des forces de gauche de discuter et soutenir publiquement ces propositions, et de s’engager à en faire le socle d’un pacte de majorité à gauche. ( dont tu donnes seul le lien ! ) / 3 : L’appel à voter pour le/lacandidat-e soutenu-e par le PCF dans la circonscription … )
    … je ne retrouve pas du tout ce que tu dis ! … ce qui pourtant te permets ensuite d’embrayer sur ton intervention qui fait l’impasse je crois sur beaucoup de données de la situation présente mais sans oublier cette antienne de l’opposition entre la base et le sommet, les militants et nos dirigeants, alors que les contradictions, les interrogations traversent à l’évidence chaque communiste … ce qui devraient plutôt favoriser notre esprit critique et la prise de décision commune. Et malgré nos défauts je pense que nous avons quand même dépassé l’épisode Robert Hue !

    Ci-dessous pour donner à voir pour nos lecteurs un aspect de la réalité de notre parti, je recopie arbitrairement 2 ou 3 extraits du rapport de Pierre Laurent ( 15 pages d’analyse ) au conseil national qui d’ailleurs commence à juste raison par resituer notre combat français dans une perspective à la fois historique et international et cherche à provoquer la réflexion des communistes afin d’être mieux armé dans le combat de classe
    … ce qui semble bien être à la lecture le but de ce conseil national et non celui dont t‘as fait partager ton interlocuteur et que tu nous relais ici

    ci-dessous donc quelques extraits du conseil national avec entre parenthèses quelques-unes de mes réflexions sur ces quelques premières lignes du rapport :
    « Nous le disions en novembre, lors de la conférence nationale, tout sera fait pour priver les Français d’un véritable choix, les enfermer dans un scénario présidentiel piégé pour que perdurent les dominations libérales. » ( oui nous sommes bien sur le terrain mise en place par l’adversaire de classe, la présidentielle même si Mélenchon avec FI cherche à retourner cette arme contre lui avec les risques inhérents… )

    Construire le Front populaire et citoyen que nous appelons de nos voeux pour relever ces défis nécessitera de combiner dans la durée batailles politiques, électorales et mobilisations sociales. Tout est organisé pour réduire les citoyens au rôle de spectateurs impuissants et médusés, sans prise sur les événements et les grands choix politiques ( … je ne crois pas au grand soir fusse-t-il électorale et çà vaut aussi bien en cas de victoire comme de défaite … )

    Les réponses progressistes nouvelles ne s’inscriront que dans un temps long, dans une intense lutte de classes pour faire reculer les dominations et conquérir de nouveaux pouvoirs pour l’émancipation du plus grand nombre. Mais chacun des choix faits aujourd’hui, ceux des élections françaises de 2017 en sont à part entière, sont déterminants pour nous éloigner ou nous engager dans ces solutions nouvelles. Nous ne sommes pas dans une bataille du tout ou rien mais dans une bataille de sens permanente sur tous les sujets pour bifurquer ou non vers un monde nouveau. ( tout à fait d’accord là-dessus la dialectique c’est fait pour agir sur le réel ! )

    Je m’arrêterais là en finissant sur un patchwork d’extraits d’intervention de camarades dans la discussion car il s’agit là pour moi de juste donner à voir à la fois la réalité de notre engagement et de notre questionnement au travers de ce conseil national ( rapport + interventions ) Cela demande à chaque communiste bien évidemment un effort d’appropriation par la lecture ce qui j’en suis bien conscient n’est pas toujours facile .

    Pierrick Annoot – Hauts-de-Seine
    Toute la difficulté du débat à gauche est de concilier nécessité du rassemblement et exigence de rupture. … On ne règle pas le débat séculaire entre réformistes et révolutionnaires sur un coup de dés quand FN et droite extrême sont aux portes du pouvoir. …

    Nathalie Simonnet – Seine-Saint-Denis
    Le climat est lourd, les gens sont dégoûtés, en colère. Mais le fond de cette situation c’est d’abord le rejet des politiques d’austérité, le rejet de la situation où de plus en plus de Français se sentent abandonnés, méprisés. Une des grandes questions qui nous est posée c’est capter ce rejet, lui donner sens, crédibiliser un autre choix possible. La question des contenus est donc essentielle. …

    Fabienne Haloui – Vaucluse
    … Les électeurs de gauche étaient en droit d’avoir un vrai débat public Mélenchon-Hamon pour qu’ils vérifient par eux-mêmes si l’union était possible, en disant cela il ne s’agissait pas d’afficher seulement une ambition mais de déterminer les leviers (Europe, pouvoir de la finance, fiscalité) indispensables à la mise en œuvre d’une vraie politique de gauche. …

    François Diot – Nièvre
    … tout ne dépend pas que du PCF dans ce pays ! On est maintenant dans la seringue. Quelle campagne présidentielle des communistes, dans une configuration générale qui ne nous satisfait pas ? …

    Marie-Christine Burricand – Rhône
    …. Le système s’apprête à se reproduire avec ses 2 champions, Le Pen et Macron. Les vainqueurs des primaires sont plombés, Hamon par son parti, Fillon par les affaires et son camp. La gauche a une lourde ardoise avec le peuple. Elle a perdu toutes les élections depuis 2012. Depuis 30 ans, aucun gouvernement socialiste n’a tenu ses engagements….

    Christian Picquet – Haute-Garonne
    … Notre problème : Mélenchon a fait le choix d’une stratégie de dynamitage de tout ce qui a structuré historiquement la gauche, notre parti compris. Ce choix est contradictoire avec notre bataille pour le rassemblement, avec l’aspiration à l’unité qui monte du peuple de gauche …

    Alain Hayot – Bouches du Rhône
    … Le problème aujourd’hui n’est pas de changer de cheval mais d’élargir l’attelage et surtout de donner à ce rassemblement du sens et des propositions fortes de rupture et d’alternative. ( j’en ai fini par cette intervention car il me semble que c’est le sens de notre action communiste depuis déjà un petit moment … )

    Je viens de te répondre par mail sur l’engagement de notre section de Torcy à la manif du 18 mars et l’organisation habituelle de nos départ collectif pour les manifs

    fraternellement,
    http://tinyurl.com/ha7s5xc ( ma page facebook )
    jpb
    ps peux-tu confirmer que t’as candidature a bien été aussi avalisée par FI et qu’elle en est-il de la camarade suppléante qui si j’ai bien compris doit nous être présentée par FI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *