Une autre chronologie de la désignation des candidats FI dans la 10ème circonscription de Seine-et-Marne

Mon ami Maxime Laisney, candidat pour la France Insoumise dans la 10e circonscription a pris le temps de rappeler l’ordre chronologique de la prise de décision de la France insoumise (ci-dessous en italique). Celui-ci, forcément subjectif et donc discutable, appelle les commentaires suivants de ma part (ci-dessous en gras).

30 novembre 2016 : réuni-es pour la première fois en assemblée FI de circonscription, les Insoumis-es étudient les candidatures déposées, mais aussi d’autres dont on estime qu’elles pourraient être pertinentes. L’assemblée comportant une proportion importante d’ancien-nes militant-es du Front de Gauche, le nom de Frank Mouly (absent) est avancé. Comme la procédure nationale leur en laisse la possibilité, les Insoumis-es choisissent d’aller le sollicter avant de prendre une décision.

Pas de remarque à faire sur ce point, si ce n’est que n’étant pas membre de la France insoumise, je n’ai pas participé à cette réunion en toute logique.

• Dans la foulée de cette assemblée, Maxime Laisney (lui-même candidat) va voir Frank Mouly pour lui présenter cette proposition qui implique la signature de la charte politique qui lie les élections présidentielle et législatives : Frank Mouly refuse de signer.

Je remercie bien sûr Maxime d’avoir fait cette démarche à laquelle rien ne l’obligeait, même si celle-ci faisait suite à celle de plusieurs autres ami-es de la France insoumise. J’ai effectivement refusé de signer, non par goût de la contradiction mais pour au moins deux bonnes raisons. La première est que je ne partage pas cette démarche suspicieuse et sourcilleuse qui consiste à faire signer une Charte, qui au delà de la légitime discipline à laquelle pour l’essentiel, les élus communistes dont je fais partie s’astreigne déjà (par exemple le reversement de leur indemnité pour éviter tout enrichissement), me semblait plutôt de nature à diviser qu’à rassembler. Ainsi, lorsque j’ai conduit une liste aux élections municipales de Chelles, je n’ai demandé à personne de signer une Charte, et notamment pas à Maxime. Enfin, la Charte soulève évidemment des questions sérieuses puisqu’elle entre en contradiction avec les règles de mon parti, notamment sur la question qui n’est pas anodine du financement public qui est, avec la Charte, capté par France insoumise, sans qu’on sache clairement quel est le statut et le fonctionnement de celle-ci (cadre de campagne, mouvement, parti politique…) .

• 10 janvier 2017 : réuni-es pour la deuxième fois en assemblée FI de circonscription, les Insoumis-es désignent Françoise Godin en suppléante et Maxime Laisney en titulaire parmi les candidat-es déclaré-es. Frank Mouly est présent pour y proposer sa candidature mais celle-ci n’est pas retenue puisqu’il ne signe toujours pas la charte.

Ma présence a cette assemblée de circonscription fait suite à la proposition des communistes de la circonscription (début janvier), de proposer un binôme à la France insoumise. Ma candidature comme titulaire. Celle de Maxime ou d’un ou d’une insoumise commune suppléante. Je participe donc non pour présenter “ma” candidature, mais une proposition d’union. A cette réunion, on m’a pressé de signer la Charte, ce que je n’ai pas fait pour les raisons indiqué ci-dessus. Cette réunion, à laquelle participait environ une douzaine de personnes, a donné lieu à un vote qui a effectivement désigné Françoise Godin (titulaire) et Maxime Laisney (suppléant) afin de promouvoir une candidature féminine. Des participants ont insisté pour que la proposition faite par les communistes de candidature commune soit portée au procès verbal transmis à la commission nationale. Le compte rendu public de cette dernière n’indique pas la proposition des communistes, mais par contre, inverse l’ordre des candidatures pressenties.

• 23 avril 2017 : Jean-Luc Mélenchon réalise le score de 19,6% au niveau national, et plsu de 26% dans la circonscription.

Ce score est une source de fierté pour tous ceux qui ont fait la campagne. Ce n’est pas une complète surprise. C’est le résultat dans notre circonscription de la campagne unitaire que les communistes ont mis en œuvre, avec les insoumis, ce qu’il est aisé de vérifier. A quoi sert de rappeler le score de Jean-Luc dans cette “chronologie” ? Ouvrir un procès en opportunisme de la part des communistes, volant au secours de la victoire ? Ce ne sont pas les méthodes de Maxime Laisney. Quoiqu’il en soit, j’ai pour ma part défendu depuis le départ la candidature de Jean-Luc Mélenchon parce qu’elle était la plus susceptible de faire un bon résultat sur une ligne politique claire. On ne peut pas faire de moi un rallié de la dernière heure.

• 3 mai 2017 : le PCF demande une rencontre à une délégation de la FI et réitère la proposition d’une candidature commune avec Frank Mouly en titulaire, qui accepte désormais de signer la charte.

La rencontre informelle et sans mandat a été longue et houleuse. Alors que la rupture semblait consommée, et dans un soucis de rassemblement, j’ai pris sur moi de proposer de débloquer la situation en proposant de signer la Charte. Sans retirer ce que j’en pense, il semblait évident que l’union ne pouvait se fracasser sur une question aussi subalterne. J’ai donc proposé de défendre auprès des communistes, au plus tard le mardi 8 mai, cette proposition d’une candidature commune PCF/FI, avec signature de la Charte. Nous proposons à la France insoumise d’acter de part et d’autre de notre volonté de faire candidature commune, et si la question de candidature restait problématique (ordre entre suppléant et titulaire), nous devions régler cette question ensemble. Voir ici le compte rendu que j’en ai fait et qui n’a fait l’objet d’aucune remarque des participants.

• 4 mai 2017 : réuni-es pour la troisème fois en assemblée FI de circonscription, les Insoumis-es étudient cette proposition. Au cours de cette réunion, Françoise Godin et Maxime Laisney, désignés en janvier et validés par le comité électoral national, remettent en jeu leur désignation pour permettre la discussion. L’assemblée vote finalement pour une candidature commune avec Maxime Laisney FI en titulaire et la suppléance pour le PCF.

Pour une raison incompréhensible, l’AG de la France insoumise ne suit pas la méthode commune proposée en deux temps : 1°) Acter de la volonté d’union, y compris avec signature de la Charte 2°) Confirmer pourquoi pas la candidature de Maxime mais proposer une méthode commune (AG, vote, tirage au sort, etc…) d’arbitrage de ce désaccord. En outre, la proposition transmise par cette AG, exclue la candidature de Frank Mouly, y compris comme suppléant, puisqu’elle demande une candidature féminine, au nom certes de la parité (ce qui peut s’entendre), mais en contradiction avec la proposition des communistes.

• 9 mai 2017 : le PCF refuse cette proposition et appelle à une réunion le 16 mai « des communistes, des Insoumi-es, des socialistes et verts dégouttés » pour désigner le binôme de candidats.

L’AG du 8 mai des communistes décide de confirmer à l’unanimité des présents (40 moins deux abstentions) la proposition faite par Frank Mouly en son nom, de signer la Charte et de s’en remettre à une AG citoyenne souveraine, le soin d’arbitrer le différend sur l’ordre des candidatures. Lorsque la décision est prise, nous savons que l’AG de France insoumise a pris une décision, malgré des avis très différents en son sein. Mais nous nous en remettons à la force de la proposition que nous faisons, et rendons public le lendemain notre proposition.

• 10 mai 2017 : réuni-es pour la quatrième fois en assemblée FI de circonscription, les Insoumis-es actent le refus du PCF à leur dernière proposition et indiquent qu’en conséquence de quoi ils ne participeront pas à la réunion du mardi 16 mai. Ils votent le lancement leur campagne avec leurs candidats Maxime Laisney et Françoise Godin.

Une décision incompréhensible qui réduit de manière nos chances de victoire. C’est très regrettable, y compris pour l’avenir.

Les communistes maintiennent cette assemblée de ce mardi 16 mai et invitent tous ceux qui veulent travailler ensemble pour faire barrage à Macron et porter suite rassembleuse à la campagne de JLM et de ses alliés.

Une réflexion sur “Une autre chronologie de la désignation des candidats FI dans la 10ème circonscription de Seine-et-Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *